[Actu] Nouvelle sortie

Publié le par Raph

cordee-petit-matin-299786

 

Ca y est! A peine rentré d'un week-end en Espagne à cotoyer les poissons par vingt mètres de fond que déjà l'envie de repartir en montagne me démange. J'étais tellement content à l'idée d'avoir mon samedi et dimanche de libres que j'ai saoulé mes potes jusqu'à ce qu'ils viennent chez moi pour qu'on fasse un briefing pré-départ.

 

Quelle motivation?

 

Rien qu'à voir la façon dont ils sont tous venus chez moi et la rapidité avec laquelle ils ont répondu aux mails je ne doute en aucun cas de leur motivation. Tant mieux, ça fait plaisir de voir des gens sur la même longueur d'onde que soit et qui sont prêts à partager de bons moments. Je vois déjà la scène en arrivant au refuge : petit verre de vin avec une bonne part de fromage et de charcuterie. J'aime l'effort mais j'aime aussi le réconfort!

 

Quelle destination?

 

Il s'agit du point le plus délicat de l'affaire. J'ai déjà appeler trois refuges différents : le premier se trouve au pied du massif du Vignemale (on envisage l'ascension du Petit Vignemale) mais les conditions sont encore très mauvaises et le refuge plein donc on abandonne cette option. La deuxième, plus modeste, se trouve dans l'Ariège près du Mont Valier mais là encore les conditions sont assez mauvaises : la neige n'a pas encore fondue et on me dit même que des plaques risquent de se détacher d'un moment à l'autre : abandon encore. Finalement je joins un refuge situé près du lac d'En Beys, vous savez la rando que j'avais dû abandonner pour cause de neige il y a deux mois, eh bien qu'à cela ne tienne on grimpera cette fois! Le refuge me répond que l'ascension du Pic de l'étang Faury est envisageable avec de bonnes chaussures et de l'envie et que des places sont disponibles dans le refuge. Parfait! Voilà une bonne chose de faite.

 

Quel matos?

 

Je suis content de la réponse des gens au refuge : pas de crampons ni de piolets nécessaires. Les bonnes chaussures sont obligatoires mais de toute façon je ne pars qu'avec des gens qui ont laissé les basket dans le placard. Je ne suis pas pour la performance à tout prix mais je déteste passer pour un touriste.

On avait envisagé de bivouaquer près du refuge pour adoucir le prix de la ballade mais personne ne dispose de tentes de rando (les 2 secondes de chez Décathlon restez à la maison) donc on dormira au chaud et dans un lit. Tant mieux tant pis je ne sais pas.

 

Quel planning?

 

Cruel dilemme que celui de l'horaire de départ! Partir tôt pour profiter de la nature le matin et arriver tôt au refuge et attendre toute l'après midi, ou au contraire retarder un peu le départ, croiser beaucoup de promeneurs et arriver à temps pour s'installer et aller prendre le repas?

Finalement on décide de couper la poire en deux : le départ de la rando vers 10H30 (je sais c'est déjà tard...) repas pendant la montée et arrivée au refuge et au lac dans l'après midi. De toute façon à 4 ou 5 on avancera moins vite. Et puis qu'importe la vitesse. 

Le lendemain matin nous sommes tous d'accord pour partir très tôt et profiter du lever de soleil au sommet. Donc la nuit sera courte.

 

J'ai maintenant vraiment hâte d'y être.

 

Je vous raconterai toutes nos péripéties dès que nous serons redescendus.

 

Verticalement.

Publié dans Actu

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article